Forum francophone dédié à Sharon Den Adel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Note ce que le voisin du dessus écoute

Aller en bas 
AuteurMessage
metalsympho
Fondatrice
Fondatrice
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 2834
Age : 23
Localisation : Dans les bras de l'être aimé ♥

WT's World
Album préféré de WT : "The Silent Force"
Titres préférés de WT : "Angels", "Stand My Ground", "The Howling", "Fire & Ice" et bien d'autres
Autre chose à ajouter ?: "Oh how I wish to go down with the sun Sleeping Weeping With you" "Sleeping Sun" - Nightwish

MessageSujet: Note ce que le voisin du dessus écoute   Mar 13 Nov - 9:28

Il s'agit d'attribuer une note sur 10 au morceau posté au message juste avant le votre.



(fifi, tu connais très probablement le texte)

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jonsufrance.forumgratuit.org/forum.htm
fifi
Angels
Angels
avatar

Messages : 1880
Age : 49
Localisation : Gournay sur marne

WT's World
Album préféré de WT : Mother Earth
Titres préférés de WT : Never Ending Story, Jillian, Forgiven,Mother Earth .........et tant d'autres
Autre chose à ajouter ?: J'adore ce Forum ...

MessageSujet: Re: Note ce que le voisin du dessus écoute   Ven 16 Nov - 5:23

9,5/10 un truc boulversant

je vous joint la traduction de Baudelaire de ce magnifique poeme de Poe

prenez le temps ça vaut le coup

Une fois, sur le minuit lugubre, pendant que je méditais, faible et fatigué,
Sur maint précieux et curieux volume d'une doctrine oubliée,
Pendant que je donnais de la tête, presque assoupi, soudain il se fit un tapotement,
Comme de quelqu'un frappant doucement, frappant à la porte de ma chambre.
" C'est quelque visiteur, – murmurai-je, – qui frappe à la porte de ma chambre ;
Ce n'est que cela et rien de plus. "

Ah ! distinctement je me souviens que c'était dans le glacial décembre,
Et chaque tison brodait à son tour le plancher du reflet de son agonie.
Ardemment je désirais le matin ; en vain m'étais-je efforcé de tirer
De mes livres un sursis à ma tristesse, ma tristesse pour ma Lénore perdue,
Pour la précieuse et rayonnante fille que les anges nomment Lénore,
Et qu'ici on ne nommera jamais plus.

Et le soyeux, triste et vague bruissement des rideaux pourprés
Me pénétrait, me remplissait de terreurs fantastiques, inconnues pour moi jusqu'à ce jour ;
Si bien qu'enfin pour apaiser le battement de mon coeur, je me dressai, répétant :
" C'est quelque visiteur attardé sollicitant l'entrée à la porte de ma chambre ;
C'est cela même, et rien de plus. "

Scrutant profondément ces ténèbres, je me tins longtemps plein d'étonnement, de crainte,
De doute, rêvant des rêves qu'aucun mortel n'a jamais osé rêver ;
Mais le silence ne fut pas troublé, et l'immobilité ne donna aucun signe,
Et le seul mot proféré fut un nom chuchoté : " Lénore ! "
C'était moi qui le chuchotais, et un écho à son tour murmura ce mot : " Lénore ! "
Purement cela, et rien de plus.

Rentrant dans ma chambre, et sentant en moi toute mon âme incendiée,
J'entendis bientôt un coup un peu plus fort que le premier.
" Sûrement, – dis-je, – sûrement, il y a quelque chose aux jalousies de ma fenêtre ;
Voyons donc ce que c'est, et explorons ce mystère.
Laissons mon coeur se calmer un instant, et explorons ce mystère ;
C'est le vent, et rien de plus. "

Je poussai alors le volet, et, avec un tumultueux battement d'ailes,
Entra un majestueux corbeau digne des anciens jours.
Il ne fit pas la moindre révérence, il ne s'arrêta pas, il n'hésita pas une minute ;
Mais avec la mine d'un lord ou d'une lady, il se percha au-dessus de la porte de ma chambre ;
Il se percha sur un buste de Pallas juste au-dessus de la porte de ma chambre ;
Il se percha, s'installa, et rien de plus.

Alors, cet oiseau d'ébène, par la gravité de son maintien et la sévérité de sa physionomie, induisant ma triste imagination à sourire :
" Bien que ta tête, – lui dis-je, – soit sans huppe et sans cimier, tu n'es certes pas un poltron,
Lugubre et ancien corbeau, voyageur parti des rivages de la nuit.
Dis-moi quel est ton nom seigneurial aux rivages de la nuit plutonienne ! "
Le corbeau dit : " Jamais plus ! "

Mais le corbeau, perché solitairement sur le buste placide, ne proféra que ce mot unique,
Comme si dans ce mot unique il répandait toute son âme.
Il ne prononça rien de plus ; il ne remua pas une plume,
Jusqu'à ce que je me prisse à murmurer faiblement : " D'autres amis se sont déjà envolés loin de moi ;
Vers le matin, lui aussi, il me quittera comme mes anciennes espérances déjà envolées. "
L'oiseau dit alors : " Jamais plus ! "

Alors, il me sembla que l'air s'épaississait, parfumé par un encensoir invisible
Que balançaient les séraphins dont les pas frôlaient le tapis de ma chambre.
" Infortuné ! – m'écriai-je, – ton Dieu t'a donné par ses anges, il t'a envoyé du répit,
Du répit et du népenthès dans tes ressouvenirs de Lénore ! Bois, oh ! bois ce bon népenthès,
Et oublie cette Lénore perdue ! " Le corbeau dit : "Jamais plus ! "

" Prophète ! – dis-je, – être de malheur ! oiseau ou démon ! mais toujours prophète !
Que tu sois un envoyé du Tentateur, ou que la tempête t'ait simplement échoué,
Naufragé, mais encore intrépide, sur cette terre déserte,
Ensorcelée, dans ce logis par l'Horreur hanté, – dis-moi sincèrement, je t'en supplie,
Existe-t-il, existe-t-il ici un baume de Judée ? Dis, dis, je t'en supplie ! "
Le corbeau dit : " Jamais plus ! "

" Prophète ! – dis-je, – être de malheur ! oiseau ou démon ! toujours prophète !
Par ce ciel tendu sur nos têtes, par ce Dieu que tous deux nous adorons,
Dis à cette âme chargée de douleur si, dans le Paradis lointain,
Elle pourra embrasser une fille sainte que les anges nomment Lénore,
Embrasser une précieuse et rayonnante fille que les anges nomment Lénore. "
Le corbeau dit : " Jamais plus ! "

" Que cette parole soit le signal de notre séparation, oiseau ou démon ! – hurlai-je en me redressant.
Rentre dans la tempête, retourne au rivage de la nuit plutonienne ;
Ne laisse pas ici une seule plume noire comme souvenir du mensonge que ton âme a proféré ;
Laisse ma solitude inviolée ; quitte ce buste au-dessus de ma porte ;
Arrache ton bec de mon coeur et précipite ton spectre loin de ma porte ! "
Le corbeau dit : " Jamais plus ! "

Et le corbeau, immuable, est toujours installé
Sur le buste pâle de Pallas, juste au-dessus de la porte de ma chambre ;
Et ses yeux ont toute la semblance des yeux d'un démon qui rêve ;
Et la lumière de la lampe, en ruisselant sur lui, projette son ombre sur le plancher ;
Et mon âme, hors du cercle de cette ombre qui gît flottante sur le plancher, ne pourra plus s'élever,
Jamais plus !

( voici pour moi, quand je pense quelle aurait pu le faire a bercy )

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
metalsympho
Fondatrice
Fondatrice
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 2834
Age : 23
Localisation : Dans les bras de l'être aimé ♥

WT's World
Album préféré de WT : "The Silent Force"
Titres préférés de WT : "Angels", "Stand My Ground", "The Howling", "Fire & Ice" et bien d'autres
Autre chose à ajouter ?: "Oh how I wish to go down with the sun Sleeping Weeping With you" "Sleeping Sun" - Nightwish

MessageSujet: Re: Note ce que le voisin du dessus écoute   Dim 2 Déc - 5:55

J'adore ce poème personnellement ! Il m'a donné envie de lire du Poe, du coup je me suis récemment attaquée à Nouvelles Histoires Extraordinaires (et j'ai lu Les Fleurs Du Mal juste avant, donc je reste dans la même époque x))

C’était pas Bercy mais le Zénith, Bercy c'était Nightwish ^^

8/10, ce n'est pas non plus le morceau que je préfère donc bon ...


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jonsufrance.forumgratuit.org/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Note ce que le voisin du dessus écoute   

Revenir en haut Aller en bas
 
Note ce que le voisin du dessus écoute
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon voisin du DESSUS !
» Hittin' The Note (2003)
» Le Skywalk, une passerelle de verre au-dessus du Gd Canyon
» Automation par note individuelle
» Quand la réalité vous tombe dessus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sharon France :: Divers :: Jeux-
Sauter vers: